Première mondiale : ArcelorMittal Belgium lance la construction de deux projets innovants pour réduire davantage les émissions de carbone

ArcelorMittal Belgium a démarré la construction de deux nouvelles installations révolutionnaires sur le site de Gand pour réduire les émissions de carbone. Les deux installations représentent un investissement total de 160 millions d’euros. Dans un premier temps, elles permettront d’éviter environ    400 000 tonnes d’émissions de CO2 par an. Pour le financement, un soutien à l’innovation a été obtenu, entre autres, de l’Union européenne et du gouvernement flamand.        

  1. Torero (TORefying wood with Ethanol as a Renewable Output)

L’installation Torero transformera les déchets de bois en biocharbon adapté au procédé du haut fourneau. Cela nous permettra de réduire l’injection de charbon pulvérisé fossile, de réduire ainsi nos émissions de CO2 et d’apporter une alternative à l’incinération actuelle de ce flux particulièrement difficile des déchets de bois. Dans une première phase, l’installation Torero transformera 120 000 ton de déchets de bois en environ 50 000 tonnes de biocharbon par an.

La technologie du procédé de torréfaction a été développée par la société Torr-Coal ; les déchets de bois seront fournis par Renewi.

Jusqu’à 70 emplois externes seront créés pour la construction de la nouvelle installation, et environ 10 nouveaux emplois directs permanents pour son exploitation. La mise en service et la première production sont prévues pour la fin de 2020.

2. Steelanol

Grâce à l’installation Steelanol, nous transformerons une partie des gaz carbonés de nos hauts fourneaux en bioéthanol, qui pourra être utilisé comme carburant pour le transport ou éventuellement pour la production de matériaux synthétiques. Il s’agit de la première installation industrielle de ce type en Europe, avec une production annuelle de 80 millions de litres de bioéthanol.

La technologie du processus de conversion du gaz a été mise au point par LanzaTech, une compagnie basée à Chicago, avec laquelle ArcelorMittal a conclu un accord de partenariat à long terme. Cette technologie, sous licence de LanzaTech, utilise des microbes qui se nourrissent de monoxyde de carbone pour produire du bioéthanol.

Jusqu’à 500 emplois externes seront créés pour la construction de la nouvelle installation, et environ 30 nouveaux emplois directs permanents pour son exploitation. La mise en service et la première production sont prévues pour la fin de 2020.

L’application de ce système de conversion microbienne du gaz permettra de faire progresser assez significativement les capacités d’ArcelorMittal, à la fois en matière de captage et stockage du carbone (CCS) et de captage et utilisation du carbone (CCU), et de renforcer le rôle de l’acier dans l’économie circulaire. À long terme, ArcelorMittal aspire à devenir une entreprise « zéro déchet » en amplifiant davantage ces innovations, l’ensemble des matériaux utilisés ou générés durant la production d’acier étant récupérés, traités et réutilisés dans la chaîne de production ou devenant à leur tour des matières premières pour d’autres industries. Nous ne voulons pas nous limiter à nos propres déchets, mais nous pouvons également jouer un rôle dans le traitement des déchets d’autres secteurs.

Geert Bourgeois (Ministre-Président du Gouvernement flamand) : « Ces investissements prouvent qu’il est possible de réaliser des projets innovants et durables dans l’industrie lourde avec un impact positif sur les émissions de CO2, tout en créant des emplois supplémentaires. Pour être en mesure de produire l’acier de l’avenir et de garder les entreprises chez nous, nous devons prendre les devants en matière de production-innovation et de coopération entre les secteurs public et privé. »

Manfred Van Vlierberghe (CEO ArcelorMittal Belgium) : « Nous voulons devenir l’entreprise sidérurgique durable de l’avenir grâce à de nouvelles technologies de pointe telles que Torero et Steelanol. Elles contribuent à renforcer notre position de leader mondial en termes de CO2 et d’efficacité énergétique dans le secteur sidérurgique. »

Carl De Maré (ArcelorMittal Group CTO – Head of Technology Strategy) : « Avec Torero et Steelanol, nous nous engageons en faveur d’innovations permettant d’éviter l’incinération des déchets à grande échelle et de transformer ces flux en produits chimiques de qualité. »

ArcelorMittal travaille avec des partenaires spécialisés pour déployer cette technologie du bioéthanol. Un financement a été obtenu de diverses sources, notamment du programme Horizon 2020 de l’Union européenne, afin de poursuivre la recherche et le développement, et d’élargir le projet. Le gouvernement flamand a également accordé un soutien écologique stratégique par le biais de VLAIO, l’Agence flamande pour l’innovation et l’entrepreneuriat.

Personne de contact :

ArcelorMittal Belgium
Jan Cornelis
jan.cornelis@arcelormittal.com
Tél. : +32 (0)9 347 35 72 / +32 (0)499 599 394